Pourquoi ce blog change-t-il de nom ?

Depuis aujourd’hui, 13 octobre 2016, le bandeau en haut de cette page affiche : « Gestes, instruments, notations ». C’en est fini de « Composer (avec) le geste », titre sous lequel nous avions ouvert ce carnet de recherche en 2014, quelques jours avant la journée d’études du même nom. Le sous-titre, quant à lui, n’a pas changé : « … dans la création musicale des XXe et XXIe siècles ».

Pourquoi cette évolution ?

Le projet Geste musical : modèles et expériences s’est récemment achevé après plusieurs années de travail collectif dont ce blog a témoigné au fil du temps. Dans son effort pour cartographier les relations innovantes entre geste et son proposées par les créateurs d’avant-garde depuis les années 1950, l’équipe du projet a mis en évidence la diversité des concepts esthétiques qui se cachaient derrière l’emploi croissant du mot geste par les compositeurs depuis les années 1980, en faisant apparaître les couples notionnels qui déterminent son champ d’application : geste vs action (Kagel, Lachenmann), geste vs figure (Donatoni, Ferneyhough, Sciarrino), geste vs son (Filidei), pour ne citer que les principales catégories. Au passage, étant donnée l’insuffisance des méthodes d’analyse musicale centrées sur les notes, le projet a testé des outils inspirés d’autres domaines (par exemple l’acoustique) et les a connectés aux concepts musicaux plus larges repérés dans les paratextes des partitions, dans leurs esquisses, ainsi que dans les propos des artistes.

Les résultats concernent l’identification de sources inédites et de nouvelles perspectives interprétatives à propos d’œuvres centrales pour les esthétiques musico-gestuelles (notamment chez Kagel, Ferneyhough, Lachenmann et Aperghis), mais aussi un panorama plus large de l’émergence de ces esthétiques et de leur conceptualisation par les compositeurs et les critiques entre les années 1960 et nos jours. Ces résultats ont été réinvestis au cours même du projet dans un dialogue régulier avec de jeunes musiciens confrontés à l’interprétation de ce répertoire complexe, dont les acteurs historiques ont été sollicités par les chercheurs en parallèle de leur démarche philologique et analytique.

Alors que le noyau initial du projet était centré sur les théories implicites par lesquelles des compositeurs ont modélisé le geste musicien pour l’intégrer à leurs œuvres, la dynamique que je viens de décrire nous a incités à déborder de multiples façons cet ancrage compositionnel…

  • Nos études de cas – aussi bien historiques que contemporains – ont mis en valeur l’apport créatif des instrumentistes dans la genèse des œuvres considérées. Elles soulignent l’importance des pratiques improvisatoires même dans des contextes de musiques très écrites. Ajoutons à cela toutes les musiques expérimentales pas ou peu basées sur des notations standardisées : le paradigme de la composition apparaît artificiellement limitatif pour rendre compte de la diversité des modes de définition/invention/prescription du geste susceptibles de rencontrer notre intérêt.
  • Le développement de l’instrumentarium électronique dans les dernières décennies a généré à la fois une profusion d’appareils (donc de gestes correspondants) et une perte de lisibilité du rapport causal, audible et visible, qui liait geste et son dans la plupart des instruments acoustiques traditionnels. Si, comme l’a fait Baptiste Bacot pour sa thèse en lien avec le projet, on ne se limite pas à la musique dite savante, l’organologie électronique apparaît comme le lieu par excellence de problématisation du geste, là encore sans référence nécessaire à l’écriture musicale ou à l’équation « musique = œuvres = partitions ».
  • S’intéresser au geste musical en tant qu’il est en même temps scénique (notamment dans le théâtre musical) suppose, pour le musicologue soucieux d’analyse, de développer un vocabulaire description du corps, du mouvement, de l’action ….autant de catégories qui ont été explorées par des disciplines parfois éloignées du monde musical – de l’ergonomie aux recherches en danse.

En somme, si la composition savante reste un domaine fascinant pour interroger les relations corps/geste/instrument/technique/technologie/notation, elle n’est certainement pas la seule pratique musicale dans ce cas et nous nous réjouirons d’explorer avec la même curiosité de tout autres régions de la créativité des XXe et XXIe siècles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *