Jouer avec le geste : l’ensemble Pulsar à l’espace des arts sans frontières le 15 janvier 2015

Le 15 janvier 2015, l’ensemble de chambre Pulsar avait initié sa nouvelle saison dedans/dehors par deux portraits : deux oeuvres de la jeune compositrice serbe Milica Djordjevic, qui étaient encadrées de pièces de Mauricio Kagel. Les deux créations Kakva mi je to pa igra (2014 – création mondiale) etumeš li ti da laješ?! ne-komunikacija za solo kontrabas ver. 2.1.1 (2010 – création française) ont bénéficié d’un jeu sûr et précis de la part de l’ensemble Pulsar : Eloise Labaume à la harpe et au chant, Florentin Ginot à la contrebasse, Rémy Reber à la guitare, Noam Bierstone et Thibault Lepri aux percussions. Mais ces interprètes se sont particulièrement distingués dans leur travail réalisé pour exécuter Con Voce de Mauricio Kagel et Sonant 1960/…, une pièce qui est particulièrement difficile et très peu jouée. À cette occasion, l’ensemble Pulsar m’avait fait l’honneur de m’inviter à suivre leurs répétitions. Une belle occasion de prendre conscience de certaines combinaison instrumentales et scéniques dans Sonant qui est une oeuvre fondatrice de la notion de « théâtre instrumental » pour Kagel. la partie Fin II mêle par exemple des instructions verbales, des énoncés dits à haute voix et des gestes d’exécution. La partition se veut un processus ouvert, parfois indéterminé, un mode exploratoire comme « perpetuum mobile » pour reprendre les mots du compositeur. Divers modes de jeu se croisent et se rencontrent, fortuitement ou non, créant dans l’espace et le temps différents degrés de densité variable : accords, sons isolés, gestes, toux faussement fortuite du percussionniste, jets de baguettes, balancement de pédale à la harpe, jusqu’au mime de l’acte d’interprétation voire jusqu’au refus de jouer – ultime « joker » dont peuvent user à loisir les instrumentistes. Con Voce est un autre genre de théâtre instrumental : c’est une pièce écrite par Mauricio Kagel en réaction aux événements de Prague de 1968 : “Cette pièce a été écrite suite à l’invasion soviétique de Prague et elle est dédié à mes amis tchécoslovaques. Comme la population opprimée, les trois joueurs ici sont privés de leur voix instrumentale et sont donc, dans un sens très réel, muet. Ainsi une devise de Franz Kafka dans « La Colonie pénitentiaire » : «Jusqu’à présent, l’opération manuelle est nécessaire, mais maintenant la machinerie fonctionne entièrement seule » (Mauricio Kagel). La pièce entière se base là encore sur une posture particulière des interprètes, qui affrontent le public dans un silence total jusqu’à un point de rupture où les sons instrumentaux sont mimés à la voix. Ici, la partition se définit à la fois comme un non-geste de départ (il n’y a pas d’action à proprement parler) tout en maintenant dialectiquement une présence scénique intense – Rudolf Laban parlerait ici de « pulsion de vision ». Le film réalisé lors du concert montrera les éléments d’articulation entre geste et son dans ces pièces, et la manière dont l’ensemble Pulsar a réussit à réfléchir et à intégrer les deux dimensions dans son travail, à la fois au niveau du plan sonore comme à celui de l’espace scénique.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *